10 pistes pour plus de bien-être au travail

10 pistes pour plus de bien-être au travail

Fin 2019, j’étais arrivée à un point où professionnellement ma vie était sans dessus-dessous. J’étais dans un job où je me sentais de plus en plus mal et c’est à ce moment-là où je me suis intéressée au thème du « bien-être au travail ». C’est aussi à ce moment-là que le livre de Catherine Testa : « Oser être soi…même au travail » est sorti. Il a été un précurseur dans mes recherches et je ne pouvais pas avoir un podcast sur « l’épanouissement professionnel », sans parler de lui. Dans cet article, retrouvez les 10 pistes que Catherine Testa propose pour retrouver son « bien-être au travail » et oser être soi.

“Se questionner, c’est faire face à soi-même”.

Catherine Testa

1/ Questionner son éducation 

Au sein même du système scolaire, les plus faibles sont évincés, notamment avec le système de cotations, qui favorise les uns et laisse derrière les autres. Catherine Testa nous invite à nous questionner sur une qualité que l’on oublie trop souvent : « l’empathie », ceci afin de favoriser l’entraide collective plutôt que la compétition. De manière plus personnelle, elle nous propose de nous replonger dans notre passé en nous posant les questions du type :

  • De quoi rêviez-vous enfants ?
  • Quels ont été les premiers métiers qui vous ont fait rêver ? 

2/ Se défaire du regard des autres 

“Nos mots ont toujours un impact sur notre entourage ».

Sur la première partie du chapitre, il est question de « maltraitance verbale », que Catherine qualifie de remarques que l’on nous faisait quand on était petit.

Elle nous propose ici d’analyser ces remarques et de les transformer en force :

Ex : On me dit que je suis lent : si je suis lent, c’est parce que je suis méticuleux 

“Notre valeur ne diminue pas en fonction de ce que les autres pensent de nous.”

Elle nous parle également de la perfection et du fait de l’inter changer avec la bienveillance envers soi.  Et nous propose de nous tourner vers des personnes dans notre job avec qui on partage les mêmes valeurs, afin de construire des relations plus saines.

3/ Réfléchir à la quête du toujours plus

via GIPHY

« Le syndrome du toujours plus » vient du fait que nous nous habituons vite à ce que nous avons, mais aussi du marketing traditionnel : “qui incitent à nourrir des envies créées de toutes pièces par des industries en quête permanente de profit”

Ce qu’elle nous invite à transformer par les petits plaisirs oubliés et à se poser encore une fois les bonnes questions :

  • Ai-je vraiment besoin (de ce produit/service que je veux acheter) ?
  • Pourquoi est-ce que ça me donne envie ?
  • Correspond-il à une envie profonde ou non ? 

4/ Ecouter ses réelles aspirations

Que voulons-nous vraiment ?

Du coup, il peut être bien de regarder les perspectives avec une autre ouverture. Et de s’appuyer sur ce qui nous attire, plutôt que sur des diktats de la société, du style : faire de hautes études pour avoir un bon diplôme, afin d’obtenir la reconnaissance sociale de ses paires.

5/ Faire sa part 

A l’instar du colibri qui fait sa part dans l’incendie d’une forêt tropicale, il est important de se rendre compte que d’un côté, nous ne sommes personne et d’un autre nous sommes importants à la fois. « Personne », dans le sens où dans une entreprise, vous pouvez facilement est remplaçable et important parce qu’à notre échelle, nous faisons partie d’un tout qui a besoin de nous pour faire fonctionner l’ensemble. 

image 10 pistes pour plus de bien-être au travail

6/ Redéfinir la réussite 

Qu’est-ce que c’est que c’est que la réussite pour vous ?

C’est une question primordiale à se poser, afin de pouvoir sortir de l’illusion de « la réussite » que nous impose notre société.

  • Réussir, est-ce vraiment avoir des diplômes ?
  • Est-ce vraiment gagner un gros salaire ?
  • Est-ce vraiment avoir un statut important ?

Tout dépend des aspirations de chacun, bien sûr.

C’est là qu’il est important de définir ses valeurs parmi celles qui existent.  Sur cette liste, retrouvez des centaines de valeurs, qu’il est bon d’identifier pour vous-même.

7/ Se savoir capable 

“Parfois, il vaut mieux demander pardon que de demander la permission”.

Le thème de la confiance en soi est un sujet que Catherine Testa aime aborder dans cette septième piste. Si certains se sentent infantilisés dans leur entreprise, d’autres ont le syndrome de l’imposteur. Concernant ce syndrome, Catherine nous invite à ne pas minimiser nos réussites. Pour cela, il vaut mieux regarder ce que l’on a appris, car toute expérience est une forme d’apprentissage. 

A LIRE AUSSI : Comment développer sa confiance en la vie ?

8/ Dépasser ses peurs 

Les différentes peurs sont abordées dans cette piste, notamment la peur du changement. L’idée, c’est de faire face aux changements en regardant les aspects positifs qu’ils peuvent apporter et en posant le pour et le contre.

La peur des rencontres est également une autre peur, c’est (s’autoriser à aller à la rencontre des autres, à juste offrir quelques mots à une personne que l’on connait pas, par exemple). Quant à la peur de l’échec, la solution serait de se donner le droit à l’essai, se donner le droit de changer d’avis.

Ex : Catherine Testa elle-même s’est donné le droit à l’essai avant de se lancer dans l’ouverture de son site l’optimisme.com ou encore de l’écriture de son premier livre. En outre, c’est l’idée d’avancer avec foi, en se disant : « je ne sais pas ce que ça va donner, mais j’y vais quand même ». 

9/ Questionner le sens de ses actions 

via GIPHY

L’idée est de s’interroger sur le sens de la vie en général et là, professionnellement, on vient forcément toucher au thème du bore-out.

Pour rappel, le bore-out : c’est le fait de s’ennuyer au travail, ce qui peut mener à une perte de sens dans ce que l’on fait. Le remède, serait d’accorder du temps à ce qui nous tient à cœur, qui peut permettre de déployer une grande source d’énergie. Le sens se trouve dans les petites choses de la vie. Du coup, vous pouvez vous poser la question suivante : 

  • Qu’est-ce qui fait sens dans mon travail ?

Aussi, quand on parle de sens, il est aussi question de lien, donc ce qui nous relie aux autres. Il vaut mieux se concentrer sur les petits rien qui nous unissent, plutôt que ce qui nous sépare. Et ceci, peut se faire par de micro actions : écrire un mail de remerciement, cuisiner un gâteau d’anniversaire pour un de nos collègue, faire un compliment sincère etc… 

10/ Créer sa propre reconnaissance

« Tu seras toujours le héros des uns et la risée des autres. La seule vraie reconnaissance, c’est faire ce que ton intuition te conseille”. 

Vous connaissez sans doute la souffrance en entreprise de ne pas être reconnu.

Ici, le jeu des questions se prête à nouveau :

  • De qui attend tu un merci ?
  • Pourquoi ?
  • Les merci te sont-ils donnés pour une bonne raison ? 

En conclusion

La conclusion de l’enquête de Catherine Testa sur le bien-être au travail suite à ces 10 pistes, revient à celle-ci :

Tous ceux qui étaient heureux à leur travail, étaient ceux qui avaient osé être eux-mêmes, avaient aligné leur conviction personnelle avec leur vie professionnelle. 

Pour terminer, il n’y a pas de bons métiers, pas de bonne entreprise, il y a simplement des hommes et des femmes qui ont su prendre du recul, qui ont fait un travail personnel. L’essentiel, est d’oser rester soi et de rencontrer sa propre histoire.


ECOUTER L’EPISODE DE PODCAST AU COMPLET :


Sources : le livre de Catherine Testa : Oser être soi… même au travail.

Découvrez le site de l’optimisme.com



📌 Tu peux EPINGLER cet image et article sur PINTEREST

Epinglez-moi !