3 pistes pour développer l’amour de soi (+ 1 exercice )

article 3-pistes-pour-développer-l'amour-de-soi

« Comment entrer en amitié avec soi ? », c’est le titre du livre de Pema Chaudron que j’ai lu il y a quelques mois. Ce petit livre offre une perspective d’ensemble, sous différents thèmes abordés, sur le vaste sujet qu’est : l’amour de soi. J’avais envie de parler de ce sujet, car pour moi, je pense que tout découle du degré d’amour que l’on se porte. Basé sur ce livre, dans cet article, vous allez retrouver « 3 pistes pour développer l’amour de soi ». La bienveillance, l’émerveillement, la joie des clés que je vous propose d’aborder comme ces trois pistes.

C’est quoi « développer l’amour de soi » ?

La relation la plus importante que l’on puisse avoir, c’est celle qu’on a avec soi-même. Sans entrer dans un narcissisme sans limite, s’aimer est un acte très important. C’est Louise Hay qui m’a appris ça dans son livre « Vous pouvez transformer votre vie », tous les problèmes que l’on peut avoir dans notre vie sont dus à un manque d’amour pour nous.

Lorsqu’on s’aime à un degré élevé, on va attirer les relations, le job, la situation financière…, qui vibreront avec cette fréquence. Ici, mon souhait n’est pas de vous culpabiliser si ces domaines sont en latence. Une vie parfaite n’existe pas ! Si vous avez, par exemple, des relations non satisfaisantes, ce n’est pas de votre faute. D’ailleurs, le premier conseil que je donnerai plus bas, se base sur la bienveillance. Développer l’amour de soi, commence par entrer avec toutes les parts de nous, même celles que l’on déteste au plus au point.

A LIRE AUSSI : L’image de soi vs l’image des autres

3 PISTES pour plus d’amour de soi ?

L’idée ici est de vous donner quelques pistes. Pour ma part « l’amour de soi » ou « l’amitié envers soi », se construit chaque jour, ça n’est certainement pas un objectif à atteindre.

La bienveillance

La bienveillance envers nous-même ne signifie pas que nous devons nous débarrasser de quoi que ce soit.

Pema CHAUDRON

Pourquoi voulez-vous vous en débarrasser ?

La bienveillance, dans le sens de « l’accueil de ce qui est« , nous permet de ne pas entrer dans « quand je serai ceci, je serai plus heureux » etc… Ce que je veux dire par là, c’est que lorsqu’on discerne un comportement qui ne nous plait pas chez nous, c’est de l’aborder en l’identifiant sans forcément la volonté de le changer immédiatement. Il y a d’ailleurs un adage que j’aime beaucoup : qui invite à se concentrer sur nos forces, plutôt que sur nos faiblesses. Ne me faites pas dire, ce que je n’ai pas dit, il ne s’agit pas de nier les problèmes, mais en premier lieu de les accueillir. Etre bienveillant, c’est se vouloir du bien, au contraire du jugement qui nous accuse, sans même avoir plaidé pour sa cause.

photo-développer-lamour-de-soi

L’émerveillement

Un enfant, quand il est encore tout petit, observe, est curieux de tout et s’émerveille. L’émerveillement, c’est vouloir connaitre toutes les choses inconnaissables, commencer à s’interroger sur tout. Ici, pratiquer ce qu’on appelle l’émerveillement, c’est être curieux de qui nous sommes. Etre l’observateur, sans jugement, comme mentionné plus haut. Bien évidemment, c’est une pratique assez difficile si on en a pas l’habitude. Pourtant, nous avons tous été des enfants, nous savons donc comment nous émerveiller. Essayez, une fois dans la journée, de vous observer par rapport à ce que vous ressentez. Juste peut-être en commençant par se poser cette simple question : « comment est-ce que je vais aujourd’hui ? ».

La joie

La joie c’est notre combustible primaire, notre émotion la plus naturelle. En faisant émerger notre joie, nous nous permettons de voir la vie de plus en plus vibrante. Nous célébrons chaque instant. Vous allez me dire, mais on ne peut pas être constamment en joie. Et si on est malheureux, en colère, triste, comment fait-on pour être en joie ? Dans l’exercice, ci-dessous, vous allez déjà y trouver un élément.

Cependant, je vous invite à lister, tout ce qui vous met en joie. Ca peut être n’importe quoi : boire votre thé préféré le matin, faire un câlin à votre enfant, etc… La joie, n’a pas besoin d’être un ressenti puissant, elle peut se retrouver dans chacun des actes banals de nos quotidiens. En plus de cette liste, pour reconnaitre ce qu’est la joie pour vous, je vous invite à décrire comment elle se manifeste en vous. Est-ce que vous sentez une ouverture au plexus, est-ce que vous souriez ? etc…

Un exercice d’auto-compassion :

  1. Prenez un problème que vous avez en ce moment, un blocage qui vous préoccupe et sur lequel vous ruminez.
  1. Posez vous la question : qu’est-ce qui me fait (de manière général) ressentir de l’amour ? Quelle image pourriez vous trouver par rapport à ça ( Ex : un bébé, un animal etc…).
  1. Imaginez que votre blocage soit représenté par cette image. Associez l’image à votre blocage. (Ex : si vous avez pris une image de poulain, imaginez que votre procrastination, est ce poulain. Lui parleriez-vous ou agisseriez-vous comme vous le faite d’habitude avec vous ?)
  1. Placez cette image en évidence chez vous (voiture, fond d’écran etc…). A chaque fois que vous serez en prise avec ce blocage, pensez à cette image. Vous ressentirez alors beaucoup moins d’amertume voire même éprouverez de la compassion pour lui.

Conclusion

Bref, vous le savez, cet article n’est qu’une infime goûte dans l’océan, par rapport à ce qu’est l’amour de soi. Je vous ai délivré ici trois pistes que sont : la bienveillance, l’émerveillement et la joie, ainsi que l’exercice d’auto-compassion que vous pouvez reproduire sur chacun de vos blocages. Pema Chaudron aborde d’autres pistes dans son livre : « Entrer en amitié avec soi« . Et vous quelles pistes avez-vous pour développer l’amour de soi ? Qu’avez-vous pensé des trois pistes que j’ai présentées dans cet article ? N’hésitez pas à me répondre en commentaire.



📌 REPERE le P sur l’image et EPINGLE-LA sur PINTEREST