Lors de mes vacances en Crète, j’ai découvert la sœur de la tempête, le deuxième livre de la saga des « SEPT SŒURS » de Lucinda Riley et je l’ai réellement dévoré.

Résumé

Alors qu’elle s’apprête à participer à l’une des courses en mer les plus exigeantes du monde, Ally apprend la nouvelle de la mort soudaine et mystérieuse de son père adoptif et retourne à la hâte auprès de ses sœurs dans leur maison familiale, une magnifique demeure sur le lac Léman. Elle est aussi, à leur insu, impliquée dans une histoire d’amour passionnée. À la suite des événements douloureux qui en découlent, Ally quitte sa vie sur la mer pour suivre les indices laissés par son père. Ceux-ci la mènent en Norvège où, au cœur de paysages à la beauté glacée, elle découvre peu à peu ses racines et comment son histoire est inextricablement liée à celle d’une jeune chanteuse inconnue, Anna Landvik, qui vivait là 100 ans plus tôt…

Mon avis

Ce que je peux dire, c’est que l’histoire d’Ally ne ressemble en rien à celle de Maya, nous sommes dans un tout autre registre. J’avais une fausse impression sur Ally avant de la connaître, le fait qu’elle soit navigatrice et occupe le deuxième rang de la fratrie m’avait donné l’image d’une Ally plus rebelle, mais j’ai retrouvé très peu ce caractère chez elle.
En vérité, même si Ally est plus intrépide que Maïa, elle est tout aussi responsable qu’elle et plus indépendante aussi.

On la retrouve tout d’abord dans les bras de Théo, son compagnon du moment. Puis, tout va basculer vers une tragédie à laquelle je ne me serais absolument pas attendue, surtout au tout début du livre. Le destin de cette deuxième sœur va être mis à rude épreuve. Ensuite, va commencer sa recherche vers ses origines et grâce à l’indice que lui a légué Pa Salt, nous allons nous immerger dans l’histoire d’Ana, son ancêtre. J’ai été enchantée de faire la connaissance de cette jeune-fille de la campagne norvégienne, pris plaisir à la voir évoluée en tant qu’adulte, puis chanteuse de renom avant d’être marié à un flûtiste aussi connu qu’elle. A deux siècles de différence, l’histoire d’Ana et d’Ally se ressemblent à bien des égards. Indice après indice, trace après trace, Ally va se rapprocher de la vérité, trouver bien des trésors auxquels elle n’aurait jamais pu espérer.

Le livre comptant prés de 700 pages, même si j’ai trouvé certains passages assez long (comme l’histoire de Karine et Pip, mais qui fut bien utile par après), ce qui est sur c’est que
Lucinda Riley est totalement imprévisible, car je ne me serais jamais douté quelle fin Ally allait connaître. J’ai versé beaucoup de larmes durant le récit, en me plongeant dans tous ces destins qui se sont entremêlés, certains plus tragiques que d’autres. Ce que j’ai beaucoup aimé et que l’on ne retrouve pas dans le premier livre, c’est ce lien transgénérationnel très bien décrit dans l’histoire de chaque génération de Halvorsen. Leurs dons musicaux se transmettant de génération en génération. Pour finir, je dirais que ce livre traduit l’amour sous toutes ses formes : la perte, la tragédie, les liens d’amitié, les liens fraternels, le pardon. Et comme dirait Ally ou plutôt son père généalogique (vous ne le découvrirez qu’à la fin) : l’important n’est pas d’où l’on vient génétiquement parlant, mais qui l’on devient.

Je trouve aussi que terminer sur un chapitre dédié à la prochaine sœur (tout comme dans le premier livre) donne toujours autant envie de poursuivre la saga. Le fait que Star assiste à la transformation d’Ally, tout comme cette dernière avec Maïa, donne l’impression de « passer le flambeau ».


Titre : La soeur de la tempête
Auteur : Lucinda Riley
Editions : Charleston
Genre : Littérature contemporaine / historique
Date de parution : Le 8 avril 2016
Nombre de pages : 609 pages
Prix : 19€


Ma note : 4.5/5