Après avoir découvert Michel Bussi l’année passée avec « un avion sans elle », j’ai voulu le retrouver en me plongeant dans son tout dernier roman. L’idée d’un atelier d’écriture organisé dans l’île paradisiaque des marquises à la « 10 petits nègres », m’a tout de suite attiré.

Résumé

Au cœur des Marquises, l’archipel le plus isolé du monde, où planent les âmes de Brel et de Gauguin, cinq lectrices participent à un atelier d’écriture animé par un célèbre auteur de best-sellers.
Le rêve de leur vie serait-il, pour chacune d’elles, à portée de main ?
Au plus profond de la forêt tropicale,
d’étranges statues veillent, l’ombre d’un tatoueur rôde.
Et plein soleil dans les eaux bleues du Pacifique,
une disparition transforme le séjour en jeu… meurtrier.
Enfer ou paradis ? Hiva Oa devient le théâtre de tous les soupçons, de toutes les manipulations, où chacun peut mentir… et mourir.

Ma Chronique

Île et chapitres mystérieux

Tout d’abord, l’introduction et le premier crime passé, il n’a pas été facile de poser ce livre, tellement l’envie de connaître le coupable était présente. D’ailleurs, je conseille de le lire en été ou pour se dépayser un peu, car l’île des marquises est riche non seulement en décors somptueux, mais aussi en légendes mystiques.

Michel Bussi nous sème et nous perd avec ses chapitres où l’on croit qu’un seul protagoniste aborde son point de vue dans « Une bouteille à la mer ». A vrai dire, c’est à la fin qu’on se rend-compte que le point vue n’était pas celui du protagoniste que l’on croyait. Ce qui bien sûr, brouille les pistes jusqu’à la révélation du coupable.

Un personnage tire son épingle du jeu

Maïma, l’adolescente un peu perdue, est mon personnage préféré. J’ai l’impression que son point de vue est plus du côté du lecteur. Elle est au milieu de toute l’intrigue et cherche comme nous à savoir ce qu’il se passe. Elle est supervisée par Yann, le flic qui pour ma part, faisait partie de mes potentiels suspects, alors que je n’ai jamais douté de l’innocence de Maïma.

Très vite, il ne reste que deux membres de l’atelier d’écriture, l’un deux étant le coupable. J’étais persuadé de l’identité du meurtrier, mais lors de la révélation, je me suis vite retrouvée bouche b. J’avais du loupé un coche, lu trop vite, mais quelque chose m’avait échappé lors de cette révélation. A cause de cette histoire de SMS que Maïma avait adressé à tout le monde et qui m’a induite en erreur, mais aussi le fait que l’on ne connaisse pas l’identité du personnage que l’on retrouve dans les chapitres « une bouteille à la mer ». Je me suis donc promis de relire, pour élucider ce loupage.

Prêts à tenter l’aventure ?

En résumé, j’ai passé un bon moment au soleil redouté. Le côté addictif de l’histoire est très présent, les personnages sont tous différents et ont tous un secret à vous révéler (autre que les meurtres bien sûr). Alors, prêt à être embarqué au sein d’un atelier d’écriture pas comme les autres ?


Titre : Au soleil Redouté
Auteur : Michel Bussi
Editions : Presses de la cité
Genre : Polar
Date de parution : Le 6 février 2020
Nombre de pages : 432 pages
Prix : 15,51€


Ma note :