J’ai beaucoup entendu parler de ce livre autour de moi et il a donc rejoint mes envies lectures assez rapidement. Le titre et la couverture bien sûr, donnent envie. Je suis d’origine italienne, alors tout ce qui a trait à l’Italie de près ou de loin, vient réveiller en moi mes souvenirs d’enfance, la langue que parlait mon père, mes vacances en Italie. 

Résumé

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie.
C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux…

 « L’autre jour, j’étais persuadée d’avoir un mélanome. Un grain de beauté étrange était tout à coup apparu sur mon bras. C’est lorsqu’il a séché et qu’il est tombé, parce qu’il n’était en fait qu’un bout de chocolat, que j’ai réalisé que j’étais une miraculée ».

Anna

Ma chronique

Le récit du livre se passe en France, mais toute sa saveur est italienne.

L’histoire se déroule sur plusieurs années, ce qui permet de voir réellement l’évolution d’Anna, notre héroïne, pour qui tout débute lors de sa première consultation chez une psy. Comment ne pas aimer cette franco-italienne à l’humour si franc, enrobé d’une sensibilité mal gérée. Une femme forte et sensible à la fois, mais surtout une femme moderne, imparfaite à l’image de toute trentenaire d’aujourd’hui.

Le style de Serena Giuliano est simple, léger et complexe à la fois. Attendez-vous à rire beaucoup, parce que pour ma part, je ris très rarement en lisant un livre, mais là je me suis entendue m’esclaffer toute les trente secondes. De plus, Serena apporte une touche bien particulière : elle sait faire rire, comme elle sait émouvoir. Elle sait aborder des thèmes complexes avec vérité et sensibilité et nous ramener à un fou rire lorsque Ana revient plaisanter comme si de rien était. Je trouve qu’il faut un réel talent pour réussir à allier profondeur et légèreté et notre auteur, l’a indéniablement.

L’enfance d’Anna est au centre de l’histoire et tous ses souvenirs (définis par des flash-back dans le livre) donnent une profondeur, dont je parlais plus haut. Et surtout, nous permet de se poser la question : Comment être épanoui lorsque les bases de l’enfance ne sont pas assez solides, pire reposées sur la violence ?

Plus personnellement, c’est un livre que je retiendrai car, l’espace d’un instant, il ma rendue jalouse d’Anna, de son succès avec son blog, qu’elle en puisse vivre assez rapidement, alors que moi, je galère un peu. Il a été un miroir pour cela et même s’il m’a rendue triste, ça été comme une bonne claque pour un nouveau départ avec une bonne dose de motivation.

A tous les amoureux de l’Italie, à toutes les femmes modernes, à tout ceux qui ont envie de rire et de se faire du bien, lisez ce livre, il vous le rendra bien.

Points fortsPoints faibles
– Sa légèreté et sa complexité à la fois de l’histoire.
– L’humour (vous allez rire beaucoup)           
– Les références à l’Italie
– Les flash-back sur l’enfance d’Anna
– Un livre feel good pas comme les autres.                                                 
– Aucun, enfin juste que l’histoire ne dure pas plus longtemps.      

Titre : Ciao Bella

Auteur : Serena Giuliano

Editions : Cherche Midi

Prix : 17€ (poche 6,95€)

Nbre de pages : 272


Ma note : 4,5/5