Comment se libérer du perfectionnisme ?

Le perfectionnisme, c’est un blocage que j’ai bien connu. Je parle de blocage parce que, vous le savez peut-être : à vouloir que tout soit parfait, rien ou presque n’aboutit jamais. Voilà pourquoi, le perfectionnisme est fort lié à la procrastination, puisque c’en est l’une des causes. Dans cet article retrouvez 5 astuces pour vous libérer du perfectionnisme. Vous poser les bonnes questions, regarder les avantages que vous en retirez, se fixer une deadline, ce sont entre autre les astuces qui pourront vous y aider.

Moi et le perfectionnisme

Il y a quelques mois, j’ai vu le documentaire ”The Friends Reunion” et sans le savoir, ce film a réveillé bien des choses en moi. Comme le fait que ces six acteurs et l’équipe de la série avaient vécu en 10 ans, une aventure extraordinaire qui non seulement, a propulsé leur carrière, mais à développer des relations riches et intenses.

Si je parle de « Friends », vous me direz, quel rapport avec le perfectionnisme ? en fait il y en a un ! En 10 ans, pendant que Friends apportait beaucoup à des gens du monde entier, moi je me cachais. Je cachais qui j’étais, j’évitais de passer à l’action et surtout, je me disais que : “non, je n’ai pas les compétences pour écrire ce livre”. J’essayais d’écrire et puis j’arrêtais parce que, ce n’était jamais bien à mon sens.

Le perfectionnisme tue lentement plus d’une personne, parce que non seulement il fait échouer de magnifiques potentielles idées, mais en plus il vous fait perdre un temps considérable.

Imaginez si les scénaristes de Friends s’étaient dit la même chose que moi : « on n’a pas les bons acteurs, ça ne vaut pas la peine de continuer à lancer la série ».

« Le perfectionnisme, c’est le refus d’aller de l’avant. C’est une boucle – un système obsessionnel, fermé, débilitant, qui vous arrête sur les détails, dans votre écriture, votre peinture pour vous en faire perdre l’ensemble ».

Julia Cameron

Comment faire alors si on est perfectionniste ?

1/ Pensez à toutes les choses que vous n’avez pas faites à cause de votre perfectionnisme

S’il y a bien une chose qui va nous aider à sortir du perfectionnisme, c’est de passer en revue toutes les occasions manquées. Tous les projets que l’on n’a pas réussi à aboutir, qu’on a mis au placard, parce que ce n’était pas assez bien pour nous. Ce que je vous propose de faire, c’est de procéder par période de tranche de 5 ans (à partir de votre âge actuel et de revenir en arrière, jusqu’à votre enfance). Rappelez-vous cette œuvre que vous avez commencé à réaliser, parce que ça vous mettait en joie, parce que l’inspiration était assez forte et puis, les premiers doutes ont germés dans votre esprit. Vous avez donc préféré laissé tomber, plutôt que de continuer, juste pour voir ce que ça allait donner.

2/ Quel(s) bénéfice(s) avez-vous à être perfectionniste ?

Souvent, lorsqu’on a un problème persistant comme celui du perfectionnisme, on a un avantage inconscient qui nous empêche de passer outre ce blocage. Quels avantages retirez-vous à laisser-tomber vos projets ? Est-ce que la peur de terminer les choses vous effraye ? Est-ce la peur du regard des autres ? Une question que vous pouvez vous poser pour aider votre mental à délivrer les réponses, c’est : « Je suis perfectionniste, parce que… ». Répétez-vous là en boucle et vous aurez non seulement les peurs, mais surtout les avantages que vous retirez à rester perfectionniste.

Exemple : j’ai mis six ans à publier mon livre, parce qu’à chaque fois, je ne me sentais pas légitime d’écrire un livre. Mais la vraie raison, c’est que j’avais peur du regard de mes parents si je réussissais.

3/ Quelle serait votre vie sans ce blocage ?

Passons maintenant cette fois-ci aux avantages que vous pourrez retirer ? si vous dépassiez ce blocage. Voici une question qui pourra vous mener dans ce sens :

  • Qu’est-ce que vous vous permettriez de faire s’il ne fallait pas que ça soit parfait ?

Exemple : une fois que j’ai découvert que ça ne me rendait pas plus heureuse et que j’empêchais des enfants d’entendre mon histoire (parce que c’est bien connu : ce que tu as à offrir, il y a au moins une personne qui en a besoin), je me suis remise à mes corrections et j’ai été jusqu’au bout. Aujourd’hui, je peux dire que le résultat est loin d’être parfait, mais j’ai pu au moins passer à un autre projet et les quelques enfants qui ont lu mon livre, ont adoré.

4/ Revenez dans l’ici et maintenant

Le perfectionnisme, ce n’est pas une quête du meilleur. C’est la poursuite du pire de nous-même.

Julia Cameron

Lorsqu’on est perfectionniste et qu’on procrastine, on a tendance à croire que les choses sont éternelles. Que demain, tout sera pareil. Alors, qu’on le sait bien, nous ne sommes pas éternels, tout comme une idée d’ailleurs. Si cela se trouve, demain nous ne seront plus là pour réaliser cet œuvre. Alors, posez vous la question suivante :

  • Et s’il ne me restait que 24h, voudrai-je réaliser ce projet, même de façon maladroite ? ou bien dois-je le laisser de côté parce qu’il ne sera pas assez bien ?

A LIRE AUSSI : 50 CITATIONS QUI VOUS BOOSTERONT POUR AVANCER

5/ Posez vous une deadline

Lorsqu’on est perfectionniste, on a une mauvaise perception des choses. On nous dit des phrases du style : « vaut mieux fait que parfait », oui, mais cela ne veut pas dire non plus, faire les choses de manière bâclée. Alors, comment faire la différence entre bâcler un projet et l’améliorer sans en être obsédé ? C’est là que le temps peut être votre plus grand allié. Oui, parce qu’en vous posant une deadline, ni trop longue, ni trop courte, cela vous permettra de respecter un délai raisonnable pour donner vie à votre projet, votre idée, sans lui donner vie dans la précipitation.

Il vaut mieux fait que parfait
« Vaut mieux fait que parfait »

Pour terminer

En résumé, le perfectionnisme est un blocage qui, si vous le laissez faire, vous fera manquer pas mal d’occasions. Du coup, rappelez vous : que rien n’est éternel, des avantages que vous avez à vouloir trop bien faire, des avantages que vous avez à ne pas garder ce blocage, l’importance de vous poser les bonnes questions et surtout, de donner une deadline à vos projets. Et si vous avez d’autres astuces auxquelles je n’ai pas pensé, n’hésitez pas à me les partager en commentaires.

Quelques ressources :