bébé-tendresse-et-que-ne-durent-que-les-moments-doux

Lorsqu’il est sorti «Et que ne durent que les moments doux » a été plébiscité par la critique. Certains disaient même que c’était le meilleur roman de l’auteure. Des arguments de taille qui m’ont convaincue. De plus, après avoir lu « Le premier jour du reste de ma vie » et « Il est grand temps de rallumer les étoiles », je savais qu’avec les romans de Virginie Grimaldi, on est jamais déçu.

Résumé

L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite…
 

Mon avis

Comment faire face à la solitude après l’envol de ses enfants ?

Pourtant, au début j’hésitais à me plonger dans cette histoire. En général, il me faut un point commun avec le personnage principal pour accrocher. Or, vu que nos deux protagonistes étaient des mères et que je ne le suis pas, j’avais peur de passer à côté. En réalité pas du tout, et je me suis bizarrement sentie proche d’Élise, la mère de famille, qui voit son petit dernier quitter le nid. Sa situation et son rapport avec la solitude m’a beaucoup touché.

Comment faire face à une naissance qui ne s’annonce pas comme prévu ?

Le deuxième point de vue, celui de Lili qui devient mère trop tôt est rempli d’émotions. On ne peut que ressentir tout ce qu’elle traverse, entre autre la douleur, de voir sa fille maintenue par des machines. Et puis, il y a tous ceux qui l’accompagne, son mari, qui peut paraître distant de prime abord et les beaux-parents. Ces derniers vont d’ailleurs prendre beaucoup de place. J’avoue que j’ai été contente que Lili réussisse justement à les remettre à leur place, car ils avaient un peu tendance à m’irriter.

Virginie Grimaldi, une virtuose de l’émotion.

Pour ce qui est du style, la plume de l’auteur est toujours aussi exquise. Remplie d’émotions et de métaphores, elle dégustent comme un met savoureux. Elle a l’art d’aborder la question de la maternité sous différentes formes, mais aussi d’autres thèmes dont la solitude, les relations conflictuelles, les rencontrent éphémères qui vous marquent, le changement, l’affirmation de soi.
Elle réussit même à nous surprendre avec ce twist à la fin que je n’avais pas vu arriver. C’est le genre de dénouement où vous vous dites « comment j’ai pu passer à côté ? », « mais oui, c’est évident ! ».

Bref, un livre touchant, dur parfois, mais rempli de tendresse. Alors que vous soyez mère ou pas, je pense que vous ne pourrez pas passer à côté de ce petit bijoux qui, comme l’indique le titre, vous fera passer des tas de moments doux.


Titre : Et que ne durent que les moments doux
Auteur : Virginie Grimaldi
Editions : Fayard
Genre : contemporain
Date de parution : Le 17 juin 2020
Nombre de pages : 360 pages
Prix : 18,50€


Ma note :

cotation j'ai beaucoup aimé ma lecture