Le thème de la dualité : « ombre et lumière » m’a toujours intrigué et s’il y a bien un livre qui aborde ce sujet dans toute son ampleur, c’est « La Part de l’autre » d’Eric-Emmanuel Schmitt. Je remercie mon professeur de l’époque qui avait imposé cette lecture en classe, alors qu’on était en plein sujet d’histoire sur la 2ème guerre mondiale. La Part de l’autre, c’est l’histoire mi- fiction, mi- historique, de l’homme sans doute le plus détesté au monde, Hitler.

Résumé

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l’école des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde…

Le message

Eric-Emmanuel Schmitt n’a pas choisi un sujet facile pour son quatrième roman. Qui a envie d’entrer dans la tête d’Hitler ? Qui a envie de parler de lui ? Et pourtant, ce livre nous donne une grande leçon de vie.

Il nous prouve que le monstre qui était Hitler existe aussi en nous, car la seule chose qui distingue cet homme de nous, ce sont ses choix. Les mêmes choix qu’ont fait plusieurs personnages après une grande déception, celle de passer du côté obscur de la force, tel Dark Vador ou encore le Joker dans Batman.

Qu’est-ce qu’un homme ? reprit le père. Un homme est fait de choix et de circonstances. Personne n’a de pouvoir sur les circonstances, mais chacun en a sur ses choix.

Extrait de La Part de l’autre

E.E Schmitt a choisi un moyen très créatif de nous le faire comprendre, car sans doute, tout a commencé par un « Et si ». Et si Hitler avait été choisi pour entrer à l’académie des Beaux-arts de Vienne ? Tout est parti de cette idée devenue fiction, créé de toute pièce par l’auteur. Cet autre Adolf h, qui nous ressemble, à qui on s’attache, à qui on peut s’identifier facilement. Cet autre qui fait des erreurs, mais qui au contraire de son autre, choisi de les transcender.

Les deux parts illustrées dans le livre, me font un peu penser à Dr Jekyll et Mr Hide. Ils représentent deux pôles d’une même personne, l’un artiste, l’autre dictateur, l’un bienveillant, l’autre malveillant. Ces deux parts, qui ne sont pas en réalité séparées, car elles font toutes deux parties d’un être humain : l’ombre et la lumière ou encore, le yin et yang.

Le plus du livre

Outre le message principal du livre « que le monstre est aussi un nous », il y a une autre raison pour lequel celui-ci m’a marqué.

Je connais très peu d’auteurs qui se livrent avec autant d’authenticité, comme l’a fait Eric-Emmanuel Schmitt. Tout se passe à la fin du livre. Il a eu la bonne idée de nous proposer son journal de bord. Celui où il délivre ses pensées les plus intimes sur ce qu’il vit lors de l’écriture du livre.

Ce journal est un bonus extraordinaire, ou pour la première fois, après avoir passé quatre cents pages dans la tête de deux personnages (qui ne font qu’un), c’est dans la tête de l’auteur que l’on entre.

Très peu d’écrivains osent mettre leurs coulisses au-devant de la scène, mais Eric-Emmanuel Schmitt lui, n’a pas eu peur de se livrer et de nous offrir ce précieux bonus, qui nous permet de connaitre le processus créatif d’un écrivain.


la part de l'autre - le livre qui a bouleversé ma vie

Titre : La part de l’autre
Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt
Editions : Livre de poche
Genre : Littérature générale
Date de parution : Le 10 septembre 2003
Nombre de pages : 508 pages
Prix : 8,70€