Partage authentique

couverture article partage tout en authenticité

On est dimanche après-midi, j’aurais déjà dû avoir une ébauche de mon article de la semaine, mais il n’en est rien. Je suis là, avec mon calendrier éditoriale et tous les articles que je pourrais écrire, mais aucune inspiration ne me vient. J’avais prévu d’aborder un thème de développement personnel qui me tient à cœur, mais l’envie n’y est pas. Une de mes coach, me dirait d’écrire un nuage noir (écrire simplement ce qu’il se passe en moi pour débloquer). Alors, en toute transparence, j’ai décidé de vous partager mes ressentis et apprentissages de la semaine. Parfois, quand on n’a plus d’inspiration, c’est que notre tête est plongée dans quelque chose, dont il faut d’abord nous sortir.

Les blessures du passé

En tant que coach, j’aime travailler sur des aspects, des blessures du passé qui bloquent les envies du présent. Et depuis un moment, j’élague pas mal : tel un faucheur de mauvaises herbes. Et c’est bien connu, quand on enlève une mauvaise herbe, il faut aller jusqu’à la racine pour ne plus qu’elle repousse. Cela demande donc une force supplémentaire, car les racines sont profondes et robustes. C’est ainsi que des souvenirs pas agréables remontent à la surface. On est plus la personne qui a vécu ces blessures, ces trahisons, humiliations, violences verbales, mais elles font toujours aussi mal. On sait que c’est pour mieux les libérer, mais il nous faut les regarder en face, alors qu’on les avait terrées si loin. Le mieux serait d’accueillir et de se rappeler, qu’il y a toujours une fin à ces moments-là.

La découverte de mon profil 3/5 en Human Design

Depuis presque dix ans, je me découvre à l’aide de différents outils : l’astrologie, le coaching, la numérologie, la canalisation et maintenant le Human Design. J’ai donc découvert ce nouvel outil qui découle de l’astrologie, alors que tout le monde en parlait autour de moi. Avec des amies nous étions à fond sur le sujet et puis j’ai fait mon thème et ai découvert que j’avais le profil 3/5 : martyr hérétique. Ce profil n’a pas été évident pour moi à digérer, car il est juste, il me touche et il soulève ma façon d’expérimenter par l’échec. Cela m’a permis de comprendre les difficultés auxquelles j’ai fait face dans ma vie. Une nouvelle fois, j’ai donc remonté à la surface pas mal d’événement douloureux. Et pourtant, je sais que le Human Design est tellement puissant que je suis persuadée qu’il va me permettre d’élargir encore plus mes horizons. En attendant, il me faut assimiler mon profil et tout ce qui en découle.

Pour tout savoir sur le Human Design c’est par ici et pour connaitre votre profil, c’est par là.

Période prémenstruelle : peurs et doutes contre attaque

Depuis que j’ai découvert les phases du cycle menstruel, je les vis de manière beaucoup plus denses. D’ailleurs, si vous ne les connaissez pas, je vous invite à aller sur ce site : Kiffe ton cycle. Gaël Baldaroui a fait tout un programme dessus et ses ressources sont hyper intéressantes. Du coup, la période de prémenstruelle est celle qui vient refléter nos doutes et nos peurs. Vous connaissez sans doute cette rengaine qui vous assaille, du style : « c’est nul ce que tu fais », « rien ne va ». Je suis en plein dedans, sauf que là en le vivant consciemment, j’ai l’impression que ces doutes et ces peurs sont encore plus fortes. A ce moment-là, je me dis : « ça va bientôt prendre fin », « tu n’es pas obligée de croire à cela ». Doucement, je remonte la vague et je sais que bientôt je vais pouvoir me reposer et attendre qu’un autre cycle redémarre.

[voir aussi l’article : 7 conseils pour mieux vivre dans le creux de la vague]

Prendre soin de soi

En conclusion, cela m’a fait du bien de vous partager ce que je vis en ce moment. Souvent, on aime donner des conseils, partager quand tout va bien, mais on garde pour nous les moments difficiles. Ecrire est déjà un premier pas et partager en est un second. Sinon, vivre ces perturbations demandent de l’accueil certes, mais aussi du repos, du calme et de la bienveillance pour soi. Et vous, que vivez-vous en ce moment ? Avez-vous tendance à garder ces moments difficiles pour vous ? N’hésitez pas à me partager vos ressentis en commentaire, cela me ferait plaisir d’échanger avec vous.