Après avoir lu le première tome de la Saga de Lucinda Riley, les sept sœurs, je voulais par la suite m’orienter vers une histoire plus courte, mais c’est sans compter sur le fait que j’ai été directement attirée par la couverture du livre : Reine de Cendres. A la librairie, j’ai donc reposé le livre de Maxime Chattam que je comptais acheter, pour l’échanger avec celui-ci. Nous ne sommes pas du tout dans le même genre que, la saga des 7 sœurs. Ici c’est un livre plus sombre qui raconte l’histoire d’une jeune fille qui part reconquérir son trône. 

Résumé

Après la mort de sa mère la Reine Elyssa, Kelsea Raleigh a grandi en exil, loin des intrigues du Donjon royal où son oncle a pris le pouvoir.
Le jour de ses dix-neuf ans, une garde l’escorte de son repaire à la capitale, où elle doit reconquérir la place qui lui revient de droit. Kelsea ne s’est jamais sentie aussi peu capable de gouverner. Pourtant, les atrocités qu ‘elle découvre vont la pousser à commettre un acte d ‘une incroyable audace, qui jette tout le pays dans la tourmente. 

Mon avis

Je suis d’accord avec Emma Watson, je n’ai pas réussi, moi non plus, à me détacher du livre. Ce sont 600 pages que j’ai lues en moins de deux semaines et depuis la saga Harry Potter, c’est un record de pages lues en si peu de temps. On est directement pris d’affection pour Kelsea, qui après avoir vécu comme une simple paysanne durant 19 ans, quitte son cocon pour devenir la prochaine reine du Tearling. On est d’entrée plongé dans cet atmosphère sombre, où il y a très peu de place pour la légèreté, ni même la romance d’ailleurs. Kelsea n’est pas du tout la reine que Disney nous a dépeint dans ses dessins animés. Au contraire, d’abord elle n’est pas très belle, ensuite, elle est plutôt enrobée et puis c’est une jeune-femme qui fera tout pour faire régner ses valeurs pleines de vertus.

Elle va prendre une décision qui va renverser tout le tearling et peut-être même déclencher une guerre, mais il est hors de question pour elle de laisser son peuple réduit à la corruption, à l’esclavage, au trafic d’humains. C’est de la fantasy, comme je les aime, un peu de Game of thrones, beaucoup de Blanche Neige et le chasseur avec lequel j’ai relevé quelques similitudes. Erika Johansen, l’auteur, signe ici son premier livre et sa première saga et c’est plutôt réussi. Ce qui est néanmoins le plus intéressant dans ce premier tome, c’est que l’on parle d’un monde avant la traversée, car il s’agit d’une dystopie. Cette théorie que le monde que nous connaissons s’est effondré et qu’un autre monde basé sur des valeurs que l’on retrouve au moyen-âge est vraiment bien amenée, mais me semble un peu tirée par les cheveux. A vrai dire, en matière de Dystopie, je préfère de loin celle d’Huxley avec « Le meilleur des mondes ». Cependant, il s’agit avant tout d’une fiction superbement bien construite, décrite et pensée. Ne vous attendez pas à passer un bon moment pour vous faire divertir, non ! Erika Johansen s’est aventurée sur des contrées très sombres, mais néanmoins très haletantes. 


Titre : Reine de cendres
Auteur : Erika Johansen
Editions : Livre de poche
Genre : Fantasy médiévale
Date de parution : Le 18 octobre 2017
Nombre de pages : 608 pages
Prix : 8,49€ (poche)


Ma note : 4/5